Présentation enluminure

 Portrait

atelier d'enluminure de Richard François

Après de longues recherches personnelles et guidé ensuite par les précieux conseils et enseignements de Béatrice Balloy et de Marc Niederhauser, je me suis aventuré dans la pratique de l'enluminure.  Ainsi, c'est le plus fidèlement possible que je crée ou reproduit sur parchemin des œuvres d'art de la période médiévale mais je crée ausi des oeuvres contemporaines en utilisant la même technique.

Mon travail respecte fidèlement la technique de l'époque médiévale : parchemin de chèvre ou de mouton, pigments liés par une détrempe à base de gomme arabique, d'œuf et d'eau de miel, dorure à la feuille d'or (980/1000) sur jus d'ail, gomme ammoniaque ou assiette à dorer, encre ferrgallique (à la noix de galle) et  pigments affinés à la molette. Je réalise personnellement toutes les préparations concernant le parchemin, les détrempes, les assiettes à dorer, les encres et les couleurs.

 Etapes du travail de l'enluminure

La préparation du parchemin

Après avoir découpé un morceau de parchemin, celui-ci est humidifié pendant quelques minutes pour l'assouplir et le détendre.  Un morceau de panneau rigide est découpé à la taille souhaitée pour servir de support au parchemin.  Une feuille de papier blanc est glissée entre le support et le parchemin pour éviter que la couleur du support n'assombrisse le parchemin.

Le parchemin humide est alors tendu et fixé sur le support.  Le séchage est d'environ 24 à 48 heures selon les conditions climatiques.  Quand le parchemin est sec, on y dépose un peu de pierre ponce en poudre et l'on frotte sa surface en dessinant des cercles avec un autre petit morceau de parchemin.  Lorsque la surface est presque lisse, un peu de poudre d'os de seiche est ajoutée pour affiner le ponçage.

Ensuite, le motif souhaité est dessiné au crayon et les lignes pour le texte éventuel sont tracées selon la mise en page souhaitée.  Selon les styles, certains tracés sont rehaussés à l'encre ferrogallique.  Le texte éventuel est ensuite calligraphié.

préparation d'une feuille d'or pour la dorure

 La dorure

Plusieurs styles de dorure sont possibles, notamment la dorure sur assiette et celle en aplat.

La préparation de l'assiette à dorer contient de la céruse, du plâtre éteint, du bol d'arménie, de la colle de poisson et de l'eau de miel.  Un mordant à l'ail ou à la gomme ammoniaque est utilisé pour la dorure en aplat. C'est une étape relativement délicate.

L'assiette à dorer est appliquée sur les parties que l'on souhaite dorer puis un séchage d'environ 24 heures est nécessaire.  L'assiette est alors poncée le plus finement possible au papier de verre très fin. Toute irrégularité ou rayure est visible quand l'or est appliqué.

Quand le ponçage est terminé, la propriété adhésive de l'assiette à dorer est réveillée en soufflant doucement dessus à l'aide d'un petit tube en papier et les morceaux de feuille d'or sont appliqués au fur et à mesure à l'aide d'un pinceau en forme de langue de chat.

La pose de l'or précède toute application de peinture.

Après quelques heures de repos, l'or est "bruni" avec une pierre d'agate en forme de dent de chien. L'or devient alors brillant.

 Le broyage des pigments

Les pigments nécessaires pour la couleur sont broyés sur une plaque de granit ou de verre dépoli à l'aide d'une molette en verre.

On y ajoute progressivement de la détrempe à base de gomme arabique, de blanc d'oeuf rompu et d'eau de miel.

Une fois sèche, la couleur peut être conservée mais les couleurs fraîches sont préférables.

 La pose des couleurs

Une première couche de couleur de fond est appliquée de manière uniforme.

Quand des effets de relief ou de drapé doivent apparaître, sauf cas particuliers, la couleur la plus claire est appliquée la première. Les zones sombres sont progressivement ombrées et les zones les plus claires sont rehaussées.

Les visages apparaissent. Certains contours sont cernés de noir.  Quelques touches d'or en coquille (or en poudre appliquée à la manière d'un pigment) peuvent souligner certains détails et égayer la peinture en grisaille.

Liens

L'Armarium : l'atelier de Béatrice Balloy  http://armarium.fr/

Enluminor : le site de Marc Niederhauser  http://www.enluminor.com

Interligne  http://www.interligne.org/



Actualités

Dernière modification : 04/04/2017

     R. François (Belgium)
© Tous droits réservés. Enregistrement, reproduction et copie des oeuvres sont interdits. La présentation et la conception du présent site ainsi que les photos qui y sont présentées sont les propriétés exclusives du propriétaire du site.